Les Foulées de Saint-Vincent 11 km

Le dimanche 2 avril, je me suis rendue à la Teste sur le Bassin d’Arcachon pour participer aux Foulées de Saint-Vincent. C’est une course de 11 km sur des chemins forestiers le long du littoral.

Courir au Bassin d’Arcachon

C’est la première course officielle a laquelle j’ai participé. Elle a eu lieue 2 semaines avant le semi-marathon de Bordeaux. J’avais besoin d’être rassuré sur mes capacités, mais surtout voir comment se déroule une course officielle afin de ne pas perdre pied pour le semi. J’avais pas mal de fatigue dans les jambes, car la veille, j’avais couru 16km. Mon programme prévoyait une sortie le lendemain d’environ 1h en sur fatigue, ça tombé très bien. Je suis donc partie à 8h30 du matin pour avoir le temps de prendre mon dossard sur place.

J’ai déboursé 8€ pour participer à la course de 11km qui est organisée par les parents d’élèves de l’école Saint-Vincent pour soutenir différents projets pédagogiques. Je me rends compte que j’ai complétement oublié les épingles à nourrice, on s’arrête rapidement dans un supermarché pour en acheter. La particularité de cette course, c’est que le parcours emprunte des sentiers non-accessibles le reste du temps.

 

Bien se préparer pour le semi-marathon de Bordeaux

Après un rapide échauffement, la centaine de participants s’est avancée au niveau de l’arche de départ. Il faisait pas très beau et je redoutais qu’il se mette à pleuvoir. Le départ est donné à 10h30. Je m’élance et je me retrouve vite coincé au milieu des autres participants. Il était difficile d’accélérer pendant 1 voir 2 km. Le peloton s’éparpille quand on commence a rentré dans la forêt, il faut rester attentif au marquage du parcours pour ne pas se tromper. En effet, il y a une course de 6km également. C’est très agréable de courir sur un chemin et ça fait du bien à mon genou après les 16 km de la vieille.

À certains endroits, il y a un peu des embouteillages, car les chemins se resserrent pour ne laisser passer qu’une personne à la fois. J’arrive assez vite le long du canal en pleine nature, ça me change des rues de Bordeaux, dépaysement assuré ! À partir du 5e km, j’ai eu un coup de mou et j’ai surtout eu du mal à avancer, car il y a avait entre 1 et 2 km à courir dans le sable ! Je ne m’y attendais pas et ça m’a pris de court. Heureusement, il y avait une vue magnifique sur le Bassin d’Arcachon.

11km dans un cadre magnifique

Le ravitaillement arrive au bon moment, juste le temps de prendre un verre d’eau et c’était déjà reparti. Je continue ma route et j’enchaîne les kilomètres. En jetant un coup d’œil à ma montre, je vois que je ne terminerais jamais sous la barre des 1h si je reste à cette allure. Je me sens bien, je décide donc d’accélérer pour les 3 derniers kilomètres. Je dépasse pas mal de monde et ça me booste pour continuer. À l’approche de l’arrivée, je me retrouve à côté d’un homme qui visiblement ne voulait pas se faire doubler dans la dernière ligne droite. Nous avons été au coude-à-coude sur 500 mètres pour finalement arrivée quasiment en même temps.

Je finis les 11 km en 1h01’11″ soit 1 minute de plus que mon objectif. Au final, le temps importe peu, j’ai eu l’occasion de me challenger dans un cadre magnifique et c’est le plus important. J’appréhendais la pluie qui aurait pu faire basculer cette course en cauchemar avec tous les sentiers emprunté, mais nous sommes passés entre les gouttes.

Pour conclure, j’ai passé un bon moment avec un parcours vraiment sympa. Les propriétaires des terrains ont eu la gentillesse d’ouvrir leurs portes pour accueillir cette course. C’était une très bonne répétition avant le semi-marathon. Il manquait juste une petite récompense à la fin pour repartir avec un souvenir. J’aurais couru 27 km ce week-end-là.

Pour la première fois depuis le début de ma prépartion je me suis sentie prête à affronter le semi !

CATEGORIE(S) : Running, Sports

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *