Compte rendu Marathon La Rochelle 2017

Marathon de La Rochelle 2017

Running Sports La Rochelle

J’ai mis un peu de temps avant de me pencher sur ce compte rendu du Marathon de La Rochelle. J’ai enfin pris le temps de revenir sur ce souvenir un peu douloureux…

Préparation du Marathon de La Rochelle : J-1

Compte rndu Marathon La Rochelle 2017
La préparation du week-end a demandé un peu de logistique.
 En effet, je travaillais le samedi 25 novembre de 14h à 20h30, je ne pouvais donc pas récupérer mon dossard à La Rochelle. J’ai demandé à mes parents de se rendre sur place un peu plus tôt pour aller récupérer l’enveloppe.

Étant donné que je m’y suis prise un peu tard, il n’y avait plus de place dans les hôtels, j’ai donc choisi l’option Airbnb à environ 15 minutes de La Rochelle. C’était très bien, propre, spacieux, bref tout ce qu’il fallait. On a même eu droit à un petit feu dans le poêle pour se réchauffer.

Jour J

Nous avons pris le départ pour La Rochelle vers 8h, il était conseillé de se garer vers le parc des expos. On n’a pas eu de soucis pour trouver une place et le départ n’était pas très loin. En revanche, il fallait traverser un petit pont au-dessus de la voie ferrée et c’était un peu le bazar. Beaucoup de monde et pas beaucoup de place pour circuler. On a été nombreux à enjamber la balustrade pour ne pas arriver en retard sur la ligne de départ.

Compte rendu Marathon La Rochelle 2017
Une fois que j’ai réussi à me faufiler, j’ai mis un peu de temps à comprendre que j’étais bien dans le sas, il y avait un petit manque de signalisation.
 Une fois en place, le stresse commence à monter, je n’ai pas couru depuis 2 semaines à cause d’une douleur ressentie aux 10 km de Bordeaux. Je ne sais pas comment ça va se passer, on verra bien.

La course

Compte rendu Marathon La Rochelle 2017Le départ est enfin donné, ça bouchonne un peu aux départs, le temps que le peloton s’étire. Il fait très beau et très froid sur La Rochelle, on va vite se réchauffer. Les premiers kilomètres se passent plutôt bien, je ne suis pas partie trop vite pour ne pas me griller dès le départ. Vers le 5e kilomètre, je commence à avoir une petite douleur au pied gauche, pour le moment pas très prononcée.

Le parcours est assez plat, il y a un peu de monde pour nous encourager. La douleur s’accentue, mais ça reste supportable pour le moment. À l’approche du 10e kilomètre, j’aperçois mes parents et mon copain. Je récupère une compote et je repars. S’en suit une partie du parcours un peu moins sympa vers le quartier de Mireuil, il y a plus trop de supporters. Pour le moment, le moral est bon malgré les douleurs à mon pied gauche.

Le plus dur commence

Je cale mon rythme sur une jeune femme juste devant moi. Au 15e kilomètre, on se fait dépasser par les premiers qui ont déjà réalisé la première boucle. C’est impressionnant la vitesse de ces coureurs ! La douleur est de plus en plus forte, je marche un peu et je repars. Ma motivation commence à fléchir, je passe un rapide coup de fil à mon copain qui m’attend au 20e km. Je pense que j’ai vécu les 3 kilomètres les plus longs de ma vie. J’ai alterné marche et course. J’ai plus marché qu’autre chose… La douleur irradie jusqu’à mon genou puis mon adducteur. J’essaie de tenir bon, mais c’est très dur.

Compte rendu Marathon La Rochelle 2017
J’arrive enfin au 20e km où je retrouve mon copain et mes parents.
 Ils me donnent un anti-inflammatoire et me donnent rendez-vous dans 10 km ! Autant dire que je n’y crois pas trop au vu de mon état. Je repars tant bien que mal, mais je n’arrive vraiment pas à continuer. Les larmes commencent à couler, je m’arrête de courir en étant au bout de ce que je pouvais donner avec les douleurs.

Faire face à la douleur

Ce que je redoutais est arrivé : j’ai dû abandonner au 21e km… C’est jamais simple l’abandon, surtout après toutes ces semaines de préparation. Mais il m’était impossible de continuer, j’avais beaucoup trop mal et beaucoup trop de kilomètres à faire encore.

Je n’abandonne pas parce que je suis mal préparé, parce que je n’ai pas le mental ou bien parce que je suis trop fatigué. J’abandonne, car je souffre, je me suis blessé et mon corps me dit stop. Je pense que j’ai pris la bonne décision, car si j’avais continué, je me serais sûrement fait beaucoup plus mal. Je suis déçue, c’est certain, mais j’ai déjà accompli tellement de choses cette année. C’était peut-être un peu beaucoup pour un début.

Affronter la blessure

Compte rendu Marathon La Rochelle 2017
Lorsque j’ai retiré mes chaussures, j’avais des gros hématomes sur chaque pied.
 J’ai vu mon médecin traitant le lendemain qui m’a prescrit des anti-inflammatoires. 2 semaines après, ayant toujours mal, j’ai pris un rendez-vous avec un médecin du sport. Je dois passer une IRM, car j’ai possiblement une fracture de fatigue à chaque pied… Affaire à suivre donc.

Malgré cette mésaventure, ma passion pour la course à pied et mon envie de courir un marathon restent intactes. J’ai hâte en fait de pouvoir « prendre ma revanche » sur cette distance. J’ai hâte de pouvoir me reprendre en main et corriger les erreurs que j’ai pu commettre. J’apprends encore sur moi, sur ce sport. 

En attendant de pouvoir recourir, je peux me faire plaisir avec la natation et le vélo, ça tombe bien puisque je voulais m’y remettre. Je vous tiens au courant très vite !

 

Courir doit toujours rester un plaisir, ne l’oubliez pas,
surtout en de telles circonstances.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 Commentaire(s)

  • Laetitia le 18 décembre 2017 à 20 h 13 min

    C'est dommage en effet mais tu as la bonne attitude on dirait… tirer les lecons en effet de cet experience et recommencer quand tu iras mieux. Et un peu de natation pour un bout de temps c'est sympa en effet. Bonne remise!!

    • agathe le 28 décembre 2017 à 0 h 08 min

      Exactement, je retenterais quand je me sentirais prête. La natation ne va pas me faire de mal pour quelque temps 😉 Merci en tout cas pour ton commentaire.

À PROPOS

Agathe Runs Bordeaux - Blog Running Bordeaux

Je m’appelle Agathe, j’ai 29 ans.
Je vis dans la région Bordelaise où j’ai grandi. Sportive à tendance hyperactive, je partage ma vie entre mon métier et la pratique du sport, où je mets toute mon énergie.

MES PROCHAINES COURSES

– Trail des 1ères côtes – St Caprais
– Semi-marathon Tromsø – Norvége