Logo
Semi-Marathon de Bordeaux Metropole

Semi-Marathon de Bordeaux Métropole 2017

Bordeaux Courses Running Bordeaux

Je me suis lancé dans l’aventure un peu folle de courir un semi-marathon un peu par hasard grâce à mes collègues de travail.

Courir un semi-marathon : un beau challenge

En effet comme vous le savez, j’ai commencé la course à pied il y a peu de temps (au mois de novembre NDLR). J’avais de plus en plus d’aisance pour courir et je faisais déjà trois sorties par semaine avec une sortie longue le samedi matin. Mes collègues, déjà inscrits pour le semi, m’ont alors incité à m’inscrire à mon tour. Au début, je me suis dit qu’ils étaient fous et que c’était impossible que je coure 21,1 km. Et puis l’idée à fait son chemin et ne m’a plus quittée de la journée ! Je me suis alors renseigné sur quel programme suivre pour préparer un semi-marathon en 7 semaines avec pour objectif de le terminer (oui parce que c’était clairement mon seul objectif au départ !).

La préparation

Me voilà donc lancé dans ce pari de fous à moins de 1 mois et demi de l’échéance et sans avoir jamais couru de course auparavant. En plus du programme de 2 sorties running, et d’1 séance de fractionner par semaine, je me suis rajouté des séances de renforcement musculaire de type Body Pump et des séances vraiment cardio comme le RPM ou le Body Attack. Ça m’a permis de varier les plaisirs et de ne pas me lasser d’un programme trop monotone. J’ai suivi le programme de manière très assidue, bien que j’aie dû opérer des adaptations pour coller avec mon boulot.

Pendant ma préparation et afin de me familiariser avec les courses officielles, je me suis inscrite à une course de 11km : les Foulées de Saint-Vincent. 10 jours avant le semi, j’ai commencé à levé le pied pour être en forme le jour J. J’ai tout de même participer pour le fun à la Color Obstacle Rush de Bordeaux entre copines.

Le jour J arrive enfin. L’excitation se mélange au stress. La particularité du Marathon de Bordeaux, c’est que le départ est donné à 20h. Il faut donc patienter toute la journée. Nous prenons le départ à 18h avec mes proches, des amis nous on rejoins sur le trajet. Nous débarquons tous sur les quais de Bordeaux d’où est donné le départ de la course. Les SAS ouvrent à 19h30 précise. Après avoir fait un dernier bisou à mes proches, je me place entre le SAS 2h15 et celui de 2h30. Je me suis fixé comme objectif de le terminer en 2h15. Afin de tenir mon objectif et surtout pour me rassurer, j’ai imprimé les temps de passage que j’ai placé à proximité de ma montre.

20h Le coup d’envoi est donné. Les minutes s’enchaînent et la foule met du temps à partir. Je passe sous l’arche plus de 15 minutes après le départ. J’ai cherché désespérément mes proches, mais la foule est dense. Tant pis, je leur ai donné rendez-vous au km 8, j’espère les voir à ce moment-là.

Top départ du semi-marathon de Bordeaux

Les premiers kilomètres s’enchaînent sans problème. Il fait beau mais pas trop chaud, parfait pour courir ! Les 5 premiers kilomètres se déroulent très bien, il y a une très belle vue depuis le pont Chaban-Delmas sur les quais de Bordeaux. Je cours à domicile sur un parcours que je connais par cœur, ça m’aide pour visualiser la course. Il y a beaucoup de monde et je me laisse porté par les encouragements. À l’approche du 8e km, ça va toujours aussi bien et je suis censé voir mes proches vers la librairie Mollat. Je les cherche du regard et je suis soulagé quand je les vois. Je crois que j’ai fait des petits bonds avec les bras en l’air ! Ça me booste pour continuer sur cette lancée, je suis en avance sur le temps prévu.

Il commence à y avoir moins de monde dans les rues, mais ça va toujours. Je dois retrouver mes proches au 15e km, je reste focus sur cette idée, car le parcours est moins sympa à ce moment-là. À l’approche des Quinconces, la foule s’épaissit, il y a de la musique et j’aperçois mes parents dans le public.

Le plus dur commence

 Il reste maintenant la boucle des 2 ponts à repasser et je commence à avoir mal aux isquiaux. Je ne baisse pas mon allure pour autant bien qu’arrive la montée du pont Chaban. Les gens commencent à s’arrêter ou à marcher à côté de moi. Je ne lâche rien, après la montée il y a la descente et je dois dire que ça fait du bien. Mon cerveau commence à vouloir s’arrêter, je tiens bon, il n’est pas question que je marche !

Après l’avant-dernier virage, le public me motive. Il ne reste plus que 2 km, c’est bientôt la fin. Je commence alors à accélérer, mes jambes répondent bien. Je vois maintenant l’arrivée de l’autre côté du fleuve. La délivrance est proche, un dernier virage et je décide de sprinter ! Je passe la ligne d’arrivée et je réalise 2h12’28 » soit 3min de moins que prévus ! Je récupère une bouteille d’eau, une couverture de survie et ma médaille. J’ai eu du mal à retrouver mes proches dans la foule. Une fois tout le monde réunis, on a pris le chemin du retour, ce qui m’a donnée l’occasion de voir les derniers km des marathoniens.

Je prends conscience petit à petit que je suis semi-marathonienne et je suis très fière de ce que j’ai accompli. J’ai pris beaucoup de plaisir à courir, je suis heureuse de m’être lancée dans cette aventure qui m’a donnée goût aux courses officielles (et aux médailles !).

Ce qui est sûr c’est que ça ne sera pas ma dernière course

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 Commentaire(s)

À PROPOS

Agathe Runs Bordeaux - Blog Running Bordeaux

Je m’appelle Agathe, j’ai 29 ans.
Je vis dans la région Bordelaise où j’ai grandi. Sportive à tendance hyperactive, je partage ma vie entre mon métier et la pratique du sport, où je mets toute mon énergie.

MES PROCHAINES COURSES

– Marathon du Médoc
– RAID île d’Oléron
– Marathon de Bilbao
– Marathon de la Grande Muraille de Chine