Semi-marathon Disneyland Paris 2017

Après vous avoir présenté mon compte rendu sur les 10 km de Disneyland, je vous raconte comment c’est passé la course du lendemain : le Semi-marathon Disneyland.

Ô nuit, belle nuit

À la fin de la journée le samedi, j’étais extenué ! J’avais déjà mal partout. Des douleurs aux dos et au coccyx qui dataient déjà de quelques jours, mais qui se sont intensifiés avec la fatigue et l’effort. Nous nous sommes couchés aux alentours de minuit, en me demandant vraiment comment j’allais pouvoir me lever 5h30 plus tard et courir un semi-marathon !

J’ai très mal dormi en me réveillant toutes les heures par peur de louper le réveil. Au final, je me réveille avant qu’il sonne. Je suis fatigué, mais je me sens plutôt bien. Mes jambes ne sont pas trop lourdes. Je me force à manger quelque chose, cela sera donc compote, lait chocolaté et barre de céréales (les restes du ravito de la veille). Je dois faire le moins de bruits possible, car mes acolytes ont décidé de rester couchés ce matin. Pas très motivant tout cela !

C’est reparti pour un tour !

Une fois sorti de l’hôtel, j’emprunte le même chemin que la veille. Il y a plus de monde cette fois-ci et les files aux contrôles de sécurité sont plus longues. J’arrive finalement dans le sas B. Cela avance plutôt rapidement contrairement aux 10 km. J’appréhendais de mettre du temps à passer la ligne de départ, mais ça avance bien, je m’élance aux alentours de 7h15 sur le parcours.

Me voilà de nouveau a arpenté les allées du parc Walt Disney Studios. Nous n’empruntons pas tout à fait le même chemin. Cela donne l’impression de redécouvrir le parc sous un autre angle. Je me sens plutôt bien. On croise des nouveaux personnages Disney. Lorsque l’on rejoint le parc principal, après avoir traversé Frontierland, Mickey et Minnie nous attendent au début de Main Street. Je ne résiste pas à l’idée de faire quelques photos.

Je me laisse porter par le parcours et le flux de coureurs. Il y a beaucoup d’Américains, toutes les personnes que j’ai croisé qui m’ont demandés de l’aide pour leurs photos étaient étrangères. Cela rajoute une petite pointe de dépaysement. Nos amis d’outre-Atlantique ne sont pas désagréables. Je continue mon chemin dans le parc, je croise notamment des Stormtroopers, le lapin Judy de Zootopie, ou encore Joie du dessin animé Vice-Versa.

Sortie du parc

Nous commençons à quitter le parc, la partie la moins fun de la course. J’avais anticipé ce moment en me préparant une playlist spéciale Run Disney pour rester dans l’ambiance et me motiver. Je commence donc à sortir mes écouteurs, je lance le player et au bout de quelques secondes, plus de sons. Après plusieurs tentatives, impossible d’actionner le bluethooth pour connecter mes ecouteurs sans fil. ça commence à m’énerver, je me vois mal faire plus de 8 bornes sans musique perdue au milieu de Val d’Europe ! Je décide de redemarrer mon portable et miracle ça fonctionne ! Je repars de plus belle avec une bonne musique qui me motive.

Depuis le début de la course je n’ai pas regardé ma montre Polar. Je cours au feeling et aux sensations. Je continuerais comme ça jusqu’à la fin de la course. Mes jambes répondent toujours présentes et maintenant qu’il n’y a plus de distractions (les personnages sont seulement dans le parc donc plus d’arrêt photo), je commence à bien dérouler ma foulée. A l’approche du 10e km on croise les coureurs qui sont dans l’autre sens. Il y a également des ravitaillements de plus en plus fournis, avec de l’eau, du powerade, des barres chocolatés… J’ai trouvé qu’il y avait une très bonne organisation sur les ravitaillements et les gens ont été respectueux sur propreté.

Dépasser ses limites

On entre dans la ville de Magny-le-Hongre. Il est encore tôt, quelques courageux habitants sont venus nous encourager. Nous sommes toujours en double file, je me demande à quel moment on va faire demi-tour. On croise sur notre chemin un groupe de cheerleaders qui mettent l’ambiance et créer l’animation. J’ai trouvé ça plutôt sympa, bien que je sois concentré avec ma musique. Et c’est finalement au détour d’un lac que cette fois-ci on passe dans la file de droite. C’est toujours plus encourgaeant d’être sur la file du retour. Je double pas mal de monde, et me sens toujours bien. Le panneau des 15 km n’est plus très loin, j’imagine me prendre en photo devant. Cela m’aide à continuer. Je ne ressens pas le besoin de m’arrêter. Mes jambes déroulent tranquillement, bizaremment je suis dans de meilleures dispositions que lors du semi de Poitiers.

Que la force soit avec moi…

Je passe finalement la barre des 15km avec le sourire, prête à en decoudre pour les 6 km restants ! On arrive en approche des Hôtels Disney. On traverse l’hôtel Santa Fée et l’hôtel Cheyenne. Cela nous remet gentiment dans l’ambiance Disney. Je commence à apercevoir des personnes qui ont terminé la course avec leurs médailles autour du cou. Il ne faut surtout pas lâcher maintenant ! Heureusement c’est un peu en pente de ce côté là du parcours, c’est plutôt agréable. Nous arrivons au bord du lac Buena Vista à proximité de l’hôtel Newport Bay, après une légère montée qui fait un peu grincer des dents, on attaque le 18ème kilomètres avec une petite descente. La fin est proche, il y a de plus en plus de personnes finishers aux abords de la course.

On traverse Disney Village avec de nombreux encouragements. C’est vraiment agréable à ce moment de la course. Après un rapide passage devant les entrées des parc, nous revenons dans le parc Walt Disney Studios. J’aperçois le panneau 20 km ! Je commence à sortir mon téléphone pour immortaliser le moment. J’ai eu beaucoup de mal à repartir, la fatigue commence à être bien présente et une petite ampoule a décidé de se réveiller au dernier kilomètre. Le mental prend le dessus, il n’est pas question de s’arrêter alors qu’il reste si peu.

Vers l’infini et au delà !

J’aperçois enfin l’arche d’arrivée ! Je suis incapable de dire à ce moment là le temps que j’ai réalisé et finis tranquillement ma course et passe sous l’arche avec un grand sourire ! Rapide coup d’oeil à ma montre : 2h25 au compteur. Je trouve ça plutôt pas mal compte tenu des nombreux arrêts selfie pendant le parcours. Et j’ai surtout 10km et une journée aux parcs dans les jambes ! Je suis ravie. Direction les bénévoles pour récupérer dans un premier temps ma médaille du semi et dans un second temps la médaille du challenge 31 km. Elles sont magnifiques. Je repars donc avec 3 sublimes médailles.

J’ai vraiment bien vécue cette course et pris du plaisir du début à la fin même en dehors des parcs. C’est un beau défi et je ne regrette pas de m’être inscrite au challenge 31 km Biddidi-Bobbidi-Boo. Je pense que c’est à faire au moins une fois si on adore l’univers Disney. Le prix est un peu élevé, je ne pense pas remettre le même budget tous les ans. Je repars à Bordeaux avec des étoiles plein les yeux …

Le meilleur moyen de réaliser l’impossible est de croire que c’est possible.
– Alice au pays des Merveilles –

CATEGORY: Running

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *